Aller au contenu principal

La course d’Hippomène et d’Atalante - Hallé

Série de l'image :

Notice précédente Notice n°22 sur 88 Notice suivante

Date :
1765
Nature de l'image :
Peinture sur toile
Dimensions (HxL cm) :
321x712 cm
Lieu de conservation :
INV 5270

Analyse

Livret du Salon de 1765 :

« Par M. Hallé, Professeur.
15. […]
16. La Course d’Hippomene & d’Atalante.
Ce Tableau de 22 pieds de large, sur 10 de haut, est destiné à être exécuté en Tapisserie dans la Manufacture Royale des Gobelins. »

Atalante défiait à la course tous ses prétendants : seul celui qui l’emporterait sur elle pourrait l’épouser. Les autres étaient mis à mort. Vénus donne à Hippomène trois pommes d’or, que le jeune homme lâche successivement chaque fois qu’Atalante le rejoint. Atalante en les ramassant permet à Hippomène de reprendre l’avantage. Hippomène, au centre, touche au but, une statue d’Amour esquissant un « Chut » suggestif.

Deloynes 8, 107. Critique des peintures et sculptures de messieurs de l’Académie royale. L’an 1765. (anonyme sl) p. 11 :

« La composition en est agréable. On y voit Atalante suspendue dans sa course sur un pied, & Hyppomene ramassant une pomme d’or. Leurs attitudes [12] sont dégagées & délicates. Les Spectateurs sont impatients de savoir le sort de ce jeune Prince, qui dépend de cette course ; tous ressentent les effets de la crainte & de la joie dont leur incertitude les anime.
Les plans de ce tableau sont très beaux, il est d’un coloris & d’un suave qui flattent beaucoup ; mais la position trop élevée dans laquelle il est exposé, ne lui est pas avantageuse. »

Deloynes 8, 108. Mathon de la Cour, p. 13 :

« Le même Peintre a composé un grand tableau pour être exécuté dans la Manufacture des Gobelins. C’est la course d’Hyppomene & d’Atalante. Tandis qu’Atalante se baisse pour ramasser les pommes d’or, Hyppomene arrive au terme de la carriere : ce terme est désigné ingénieusement par une statue de l’Amour. Tous les Spectateurs sont plus ou moins affectés de cet événement, suivant le degré d’intérêt qu’ils prennent aux personnages. Ce tableau présente un lointain admirable. On a critiqué la main droite [14] d’Hyppomene ; il tient une pomme d’or avec cette grace affectée, avec laquelle certains Maîtres de danse reçoivent les cachets de leurs Ecolieres. J’ai vu encore des gens fort embarrassés pour distinguer lequel de sdeux personnages étoit Atalante. Hyppomene est blond, & d’une carnation très-délicate ; Atalante est brune : son attitude empeche de voir sa gorge, & les muscles de son bras sont fortement prononcés. Si la draperie d’Hyppomene ne découvroit pas une partie de sa poitrine, l’Enigme seroit impossible à deviner.* »

* Il étoit si naturel de s’y tromper, que l’Auteur d’une Critique de ces Tableaux, a pris Hyppomene pour Atalante ; on y voit : (dit-il, page 11.) Atalante suspendue dans sa course sur un pied, & Hyppomene ramassant une pomme d’or.

Mercure de France, octobre 1765, p. 157 :

« Tout le monde a vu avec un égal plaisir un autre fort grand tableau du même Peintre destiné à être exécuté en tapisserie par la manufacture royale des Gobelins. Il représente la course d’Hyppomène & d’Attalante. Le site de ce tableau est fort agréable, & l’ordonnance générale d’une belle clarté malgré le nombre des figures. Celles d’Hyppomème & d’Attalante sont d’une grande légereté & rendent fort bien l’action de la course. Il y a un groupe considérable du côté du terme de la carrière où sont les Juges ; ce groupe & les accessoires sont riches & abondans de composition, sans être confus. Les personnages qui sans doute sont à la distance convenable, de grandeur naturelle, perdent un peu par l’élévation où la forme & l’étendue de ce tableau ont obligé de le placer : cet ouvrage doit produire un effet satisfaisant dans l’exécution en tapisserie. »

Annotations :

2. Commandé en 1762 par les Bâtiments pour être exécuté en tapisserie aux Gobelins (tenture des Amours des dieux). La tapisserie ne fut jamais tissée, peut-être en raison du trop grand nombre de personnages, qui auraient rendu le coût de la tenture exorbitant. Restauré en 1964 et en 1991.
3. Les deux sujets suivants commandés à Hallé dans le cadre du même programme furent Achille découvert à la cour de Lycomède et Silène barbouillé de mûres.

Composition de l'image :
Scène (espace vague/espace restreint)
Objets :
Statue
Spectateur au premier plan
Paysage à l’arrière-plan
La scène a un public
Fleurs
Estrade
Doigt sur les lèvres
Dais
Chien
Barrière
Sources textuelles :
Ovide, Métamorphoses, 10 (Orphée/Ganymède/Pygmalion/Atalante&Hippomène)
vv. 560-680
Sujet de recherche :
S. Lojkine, L’Œil révolté, chap. 3, Le modèle théâtral

Informations techniques

Notice #001044

Image HD

Identifiant historique :
A0363
Traitement de l'image :
Scanner
Localisation de la reproduction :
Montpellier, Inst. de rech. sur la Renaissance l’âge classique & les Lumières
Bibliographie :
Nicole Willk-Brocard, Une dynastie. Les Hallé, Arthéna, 1995
Notice N94, p. 415 ; reproduction p. 180
Colin B. Bailey, Les Amours des dieux, Kimbell Art Museum/RMN, 1991
n° 56, p. 364