Aller au contenu principal
Léonide raconte à Céladon l’histoire de Silvie (L’Astrée, 1733, I, 3)

Notice #012586

Image HD

Série de l'image :
L’Astrée de M. d’Urfé, Paris, Pierre Witte & Didot, 1733, 5 vol. in-12
Auteur(s) :
Rigaud, Jacques (vers 1681-1754)
Date :
1733
Nature de l'image :
Gravure sur cuivre
Sujet de l'image :
Fiction, 17e siècle
Lieu de conservation :
Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve
Références (n° inv, cote, salle, coll.) :
Y2-7041
Traitement de l'image :
Image web

Analyse

Analyse de l'image :
Céladon entouré de Sylvie, à gauche, et de Léonide, à droite, dans les jardins du palais d’Isoure. La gravure reprend le sujet de celle de l’édition de 1633, mais les personnages sont maintenant installés dans un cabinet de verdure : ont distingue en haut l’arche de la pergola qui délimite, dans le jardin, l’espace restreint de la scène. Au fond à droite, une statue de Cupidon au tambourin semble observer la scène, introduisant un regard par effraction caractéristique du dispositif scénique. Au fond, le palais n’est plus visible comme totalité achitecturale, mais comme corps indistinct de bâtiments, dont on ne distingue sans doute qu’une partie : il est entré dans un espace vague.
   
   Texte de 1733 :
    « Ma Sœur, repartit Leonide, je vous aime trop pour ne me pas faire un plaisir de raconter les effets de votre beauté ; cependant j’abregerai le plus qu’il me sera possible, de peur d’ennuyer Celadon. Dites plus tôt, interrompit le berger, pour donner loisir à la nymphe de vous rendre la pareille. N’en doutez nullement, repliqua Sylvie, mais selon qu’elle me traitera, je verrai ce que j’aurai à faire.” C’est ainsi que le berger apprenoit de leur bouche même les détails qui les regardoient. Elles placérent Celadon au milieu d’elles, afin qu’il pût mieux entendre, & Leonide commença de la sorte.
   
   Histoire de Silvie… »
Annotations :
1. Sous la gravure à gauche « I. Part. 57 ».
La gravure n’est pas signée.
2. Gravure frontispice du 3e livre, avant la page 57.