Aller au contenu principal
Niels en chambre d’anatomie (Niels Klims underjordiske reise, 9, 1789)

Notice #012799

Image HD

Série de l'image :
Holberg, Niels Klims underjordiske reise, Copenhague, J. F. Schultz, 1789
Auteur(s) :
Clemens, Johan Frederik (1749-1831), graveur danois
Abildgaard, Nicolai Abraham (1743-1809)
1789
Nature de l'image :
Gravure sur cuivre
Sujet de l'image :
Fiction, 18e siècle
Lieu de conservation :
Oslo, Bibliothèque nationale
Références (n° inv, cote, salle, coll.) :
NB/BRU, Holb. 35:103
Traitement de l'image :
Image web

Analyse

Analyse de l'image :
Chapitre IX. Voyage de Klimius autour de la planète de Nazar.
    Le narrateur se lasse de l’emploi de coursier qu’on lui a donné ; il le trouve au-dessous de sa valeur, qui n’est pas reconnue : les Potuans le trouvent trop rapide pour être sage. Il se prépare donc à proposer une réforme des loi du royaume, malgré le risque de mort encouru pour quiconque dépose un projet de loi. Pour préparer son projet, il prend des notes dans tous les endroits où le mène son métier de coursier. Le roi les lit, est impressioné, l’envoie en mission à l’étranger.
    « Il faut remarquer que la plupart [des nations] de ce globe sont séparées par des bras de mer, & que le globe lui-même ressemble à un archipel. »
    Niels Klim décrit alors les différents pays qu’il parcourt et notamment Mascattia, le pays des Philosophes, où il commence par se faire pisser dessus par un philosophe en méditation qui l’a pris pour une statue sur la place du marché de la capitale, Caska. Une rixe s’ensuit, Niels est arrêté et se voit « conduire dans une chambre d’anatomie, où j’apperçus d’abord des tas d’ossemens qui répandoient une odeur empoisonnée. Je crus pour lors, d’être dans une caverne de brigans : mais des instrumens anatomiques que je voyois pendus aux murailles, me firent revenir de cette idée, & je compris que on hôte étoit un médecin ou un chirurgien. Il y a voit environ une demi-heure que j’étois seul dans cet horrible cachot, lorsque je vis entrer une dame qui m’apportoit un dîné qu’elle m’avoit préparé elle-même. Elle paroissoit extrêmement bonne & compatissante. Elle ne m’eut pas plutôt considéré avec quelque attention, qu’elle commença à pousser de profonds soupis qu’elle renouvelloit de tems en tems. Je ne pus m’empêcher de lui demander la cause de sa douleur. Hélas, me répondit-elle, c’est le sort qui vous attend qui m’arrache ces soupirs. Vous êtes à la vérité dans un lieu honnête ; car mon mari, à qui cette maison appartient, est physicien gagé de la ville, & docteur en médecine : ceux que vous avez vus avec lui, sont ses collègues. Ils ont été frappés de la figure extraordinaire de votre corps, & ils ont résolu d’en examiner les ressorts cachés, & d’éplucher vos entrailles, en un mot de vous disséquer pour voir s’ils ne feront pas sur vous quelque découverte utile à l’anatomie. »
    La femme du physicien fait évader Niels, et réclame en retour des faveurs qu’il se refuse à lui accorder…
Annotations :
1. Au-dessus de l’image à droite « Cap. IX. »
Signé au-dessous de l’image à gauche « Abildgaard pinx. », à droite « Clemens Sculps. »