Aller au contenu principal
Adraste et Rosiléon exorcisés (L’Astrée, 1733, IV, 11) - Guélard

Notice #016265

Image HD

Série de l'image :
L’Astrée de M. d’Urfé, Paris, Pierre Witte & Didot, 1733, 5 vol. in-12
Auteur(s) :
Guélard, Jean-Baptiste Antoine, grav. parisien actif 1730-1755
1733
Nature de l'image :
Gravure sur cuivre
Sujet de l'image :
Fiction, 17e siècle
Lieu de conservation :
Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve
Références (n° inv, cote, salle, coll.) :
Y2-7044
Traitement de l'image :
Image web

Analyse

Analyse de l'image :
Suite de l’histoire de Rosanire, qui occupait le livre 10.
   
   La cérémonie est conduite sous les auspices de la nymphe Amasis. Le sacrifice a eu lieu, conduit par le flamine Diale. Il a pris les ckous sacrés et les a lustrés. A l’arrière-plan, le prince Godomar plante un clou de bronze dans la muraille du temple, provoquant l’évanouissement du berger Adraste et de Rosiléon. Au second plan à gauche, le flamine Diale, asperge avec une branche d’eau lustrale les deux évanouis, et les ramène comme d’un profond sommeil. A droite, Rosanire, qui doit épouser Rosiléon, et Argire, la reine mère de Rosiléon, assistent à la scène.
   
    « Cependant le prince Godomar, tenant les clouds en la main gauche et le marteau en la droite, conduit par le grand Pontife, et le Flamine Diale, s’en alla vers la muraille, du costé droict du temple, et qui avoit son aspect tourné à l’endroit du sacraire de Minerve; et là, au lieu qui luy fut monstré, appellant à haute voix par trois fois Jupiter Capotas, et Minerve Peone, il y
   planta les clouds si avant qu’il n’en paroissoit que la teste.
   Mais, chose estrange ! en mesme temps qu’il donna les premiers coups, il sembla que Rosileon et Adraste en eussent, esté frappez, car ils tomberent en terre sans sentiment, et y demeurerent jusques à ce que le prince Godomar fut revenu vers eux, et que le flamine leur eut jetté dessus de l’eau lustrale; mais alors, reprenans le sentiment, ils revindrent comme d’un profond sommeil. »
Annotations :
1. Signé sous la gravure à droite « Guélard sc. »