Aller au contenu principal
Philiandre quitte Marcilly déguisé en paysan (L’Astrée, 1733, V, 1) - Rigaud

Notice #016267

Image HD

Série de l'image :
L’Astrée de M. d’Urfé, Paris, Pierre Witte & Didot, 1733, 5 vol. in-12
Auteur(s) :
Rigaud, Jacques (vers 1681-1754)
1733
Nature de l'image :
Gravure sur cuivre
Sujet de l'image :
Fiction, 17e siècle
Lieu de conservation :
Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve
Références (n° inv, cote, salle, coll.) :
Y2-7045
Traitement de l'image :
Image web

Analyse

Analyse de l'image :
Dans Marcilly assiégée par les troupes de Polémas, la nymphe Amasis tient conseil dans son cabinet avec Godomar, Adamas, Damon et Alcidon. Il s’agit de porter secours à Lindamor. Godomar a l’idée de solliciter Philiandre.
   
    « Ainsi, cependant qu’Amasis escrivit, Godomar envoya querir Philiandre qui estoit un chevalier extrémement rusé, homme de fort bon esprit, et qui avoit cognu Lindamor dans l’armée de Clidaman, dont il n’estoit de retour que depuis la mort de ce jeune prince. Il luy communiqua l’intention de la Nymphe, et Philiandre qui ne desiroit rien avec plus de passion que de luy rendre quelque service considerable, se prepara d’executer ses commandemens. La premiere chose qu’il fit, ce fut de quitter ses habits pour prendre ceux d’un paysan, et ayant eu la lettre d’Amasis, il la cacha soubs une petite piece de cuir qu’il fit attacher à l’un de ses souliers, et puis la couvrit de deux ou trois petits clouds. Il enferma aussi avecque elle un diamant, et s’estant fait descendre par une corde dans le fossé, il se barbouilla de boue tout le visage, et puis s’estant frotté d’herbe, il se changea tellement le teint qu’il n’estoit plus cognoissable.
   Aussi-tost qu’il fut hors du fossé, il commença de marcher comme s’il eust eu une jambe cassée, et parce que la nuict estoit desja assez avancée, et que les affaires de Polemas estoient en un extreme desordre, tant à cause de ce qu’il avoit esté repoussé que de la prise de Peledonte, il fut long-temps sans qu’aucun de son armée prist garde à luy. »
Annotations :
1. Signé sous la gravure à gauche « J. Rigaud In. S. » (invenit et sculpsit).