Aller au contenu principal
L’ordre d’immoler Silvandre (L’Astrée, 1733, V, 11) - Rigaud

Notice #016277

Image HD

Série de l'image :
L’Astrée de M. d’Urfé, Paris, Pierre Witte & Didot, 1733, 5 vol. in-12
Auteur(s) :
Rigaud, Jacques (vers 1681-1754)
Date :
1733
Nature de l'image :
Gravure sur cuivre
Sujet de l'image :
Fiction, 17e siècle
Lieu de conservation :
Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve
Références (n° inv, cote, salle, coll.) :
Y2-7045
Traitement de l'image :
Image web

Analyse

Analyse de l'image :
La nymphe Amasis et le druide Adamas s’approchent de la fontaine de la Vérité d’Amour, Amasis est effrayée par les lions. Adams lui fait remarquer qu’ils ne sont plus dangereux depuis qu’ils ont été changés en marbre. Adamas invoque alors le dieu Amour.
   
    « Cette priere achevée, Adamas revint où estoit toute la troupe, et alors un petit vent s’esleva, qui porta jusqu’à leurs oreilles le bruit que faisoient les bouillons dont la fontaine fut agitée ; fort peu de temps apres, ce vent se rendit plus furieux, et ne sortant qu’à bouffées, il alloit à chasque fois emportant de grandes flames, qui, comme si elles eussent esté de la nature des esclairs, n’avoient qu’un moment entre leur naissance et leur fin. Le Ciel en divers endroits fit ouyr l’effroyable bruit de ses tonnerres, puis tout à coup le nuage dont la fontaine estoit environnée s’estant ouvert, on vid sortir peu à peu du milieu de l’eau qui s’eslevoit à petites ondes, un grand Bassin de Jaspe, soustenu sur un piedestal de Porphyre, d’où sortoit le sousbassement d’une colonne, accompagné de diverses figures, et enrichy parfaittement, au dessus duquel, Amour se fit voir en la mesme forme où il avoit desja paru. »
   
   Amour brandit une tablette d’azur à inscription d’or qui ordonne à Céladon, pour qui Alexis est morte, de recevoir l’amour d’Astrée. Chacun se réjouit. Amur retourne alors la tablette. Sur l’autre face, l’inscription est en noir sur fond d’argent, avec un oracle ordonnant la mort de Silvandre :
   
    « Oracle
   Mais quoy, pour obeyr aux Arrests du Destin,
   Silvandre doit mourir, et laisser pour butin
   Diane à Paris qui l’adore ;
   Et bien que cet amant, Adamas, te soit cher,
   Je veux que ta pitié luy prepare un bucher,
   Et je commande encore
   Que ce Berger meure demain
   Immolé de ta main. »
   
   Puis Amour et la table disparaissnt dans un nuage et au milieu du tonnerre.
Annotations :
1. Signé sous la gravure à gauche « J. Rigaud. In. S. » (invenit et sculpsit).