Aller au contenu principal
Six femmes ayant bu de l’acide (Nlle Justine, 1799, ch11, fig22)
Six femmes ayant bu de l’acide (Nlle Justine, 1799, ch11, fig22)

Notice #001656

Image HD

Série de l'image :
La Nlle Justine ou les malheurs de la vertu, [Colnet du Ravel] 1797 [1799]
Auteur(s) :
Bornet, Claude, peintre et graveur du XVIIIe siècle
Date :
Entre 1797 et 1799
Nature de l'image :
Gravure sur cuivre
Sujet de l'image :
Fiction, 18e siècle
Lieu de conservation :
Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve
Références (n° inv, cote, salle, coll.) :
Enfer 2507 (3)
Traitement de l'image :
Image web
N° de commande :
Localisation de la reproduction :
https://gallica.bnf.fr

Analyse

Analyse de l'image :

Histoire de Jérôme.
    Les voyages de Jérôme le conduisent à Messine, où il se fait moine pour partager les plaisirs des libertins de cette « maison ». Le supérieur, Dom Chrysostome, « ne jouissait jamais que d’une fille empoisonnée », dont les contractions de l’agonie lui procuraient seules le plaisir de la sodomie. Son acolyte Bonifacio « aimait à arracher des dents », pour le même plaisir des contractions de douleur que cela produisait chez ses victimes. Jérôme, devenu très riche, a séduit une jeune fille, Frosine, dont les parents espèrent qu’il va l’épouser. Il l’enlève et la livre à ses compagnons.
    Après avoir arraché toutes les dents de Frosine, « on fit avaler à cette malheureuse deux gros de sublimé corrosif dans de l’eau forte : et ses douleurs, ses crispations furent si violentes, qu’il devenait impossible de la fixer pour en jouir. » (P. 768.) Au premier plan, trois femmes se tordent de douleur après avoir bu de l’acide, pendant que les trois moines, Bonifacio, Chrysostome et Jérôme (tous trois portant la calotte), en entreprennent trois autres, également empoisonnées.
    « Nous en vînmes au point d’en sacrifier six à la fois de cette manière ; trois palpitaient sous nos yeux, pendant que nous en foutions chacun une en con, en cul et en bouche. Après les filles, nous essayâmes des garçons ; et nos lubricités redoublèrent. » (P. 770.)

Annotations :

1. Au-dessus de la gravure à gauche « T. III. », à droite « P. 45. »