Aller au contenu principal
×
Recherche infructueuse

Jérôme fait exploser Joséphine sur son bateau (Nlle Justine, 1799, ch11, fig23)

Notice précédente Notice n°24 sur 41 Notice suivante

Date :
Entre 1797 et 1799
Nature de l'image :
Gravure sur cuivre
Sujet de l'image :
Enfer 2507 (3)

Analyse

Jérôme, un des moines de Sainte-Marie-Des-Bois, raconte son histoire.

Pendant ses voyages, Jérôme retrouve Joséphine, la fille de Moldane, qu’il avait livrée enceinte contre une petite fortune à Frédéric de Prusse, pour qu’il la torture et la tue. Il pensait l'avoir tuée définitivement en mer mais il la retrouve une nouvelle fois sur le bateau d'un corsaire qui l'aborde lui et le reste de l'équipage qu'il a rejoint. L'équipage triomphe du corsaire et Jérôme enchaîne Joséphine. Après l'avoir fait violer par tout l'équipage, il l'attache au mât du vaisseau ennemi, charge de poudre ce vaisseau et le fait exploser.
Il observe le spectacle depuis son bateau « tout en foutant [s]on petit mousse ». Le sexe de Jérôme, qui pointe en direction du bateau qui explose, de même que la lunette accrochée à la balustrade du pont du bateau où Jérôme et son mousse sont appuyés, orientent la projection du regard, identifiée ici à la décharge particulièrement intense de Jérôme : « Oh ! Quelle décharge, mes amis ! Je n'en avais jamais fait de meilleure » dit-il à ses confrères moines. Cette décharge est elle-même corroborée par la déflagration sur le navire corsaire, qui dissémine dans les airs des bouts de bateau et Joséphine elle-même : Jérôme voit « retomber pour jamais dans les flots les membres déchirés de celle qui [l]’avait tant aimé jadis » (p. 790). La gravure ne représente pas cette dissémination du corps de Joséphine : celle-ci, au loin, est propulsée en entier dans les airs. Ce corps rappelle la souplesse des victimes sadiennes, pliées, maltraitées, torturées dans tous les sens mais retrouvant toujours leur forme initiale, au plus grand bonheur des libertins qui s'empressent alors de redoubler leurs barbaries. Ce corps incarne donc le fantasme des libertins, comme celui de Justine, qui retrouve sa fraîcheur initiale même après avoir éprouvé les pires sévices. Le temps de l'histoire de Jérôme, Joséphine remplace Justine, sans cesse suppliciée et revigorée.

Annotations :

1. Au-dessus de la gravure à gauche « T. III. », à droite « P. 86. »

3. L’explosion du navire peut être rapprochée de l’histoire du naufrage de Bontekoe, et de la gravure à laquelle elle a donné lieu. Mais la mort de Joséphine, malgré l’échange des rôles avec sa servante, rappelle la première tentative de meurtre d’Agrippine par Néron, racontée par Tacite.

Items :
Bateau(x)
Sources textuelles :
Sade, Donatien Alphonse François, marquis de (1740-1814)

Informations techniques

Notice #001657

Image HD

Identifiant historique :
A0976
Traitement de l'image :
Image web
Localisation de la reproduction :
Bibliothèque numérique Gallica, Bibliothèque nationale de France (https://gallica.bnf.fr)