Aller au contenu principal

Abraham reçoit la visite de trois anges (La Sainte Bible, Mame, 1866) - G. Doré

Notice précédente Notice n°13 sur 126 Notice suivante

Date :
Entre 1862 et 1865
Nature de l'image :
Gravure sur bois
Gravure sur bois debout
SMITH LESOUEF R-6283
Œuvre signée
Légende

Analyse

Abraham reçoit la visite de trois hommes, ou de trois anges selon les traductions. Dans la tradition iconographique, il s'agit le plus souvent, de trois anges : l'Hospitalité d'Abraham, autre nom donné à la scène, est  signifiée par la table à laquelle ils sont conviés. La lecture chrétienne de l'épisode voit dans les trois anges une préfiguration de la Trinité. Cette lecture se fonde sur l'emploi du singulier au verset 3 (« Monseigneur », pour les « trois hommes ») :

Ayant levé les yeux, voilà qu'il vit trois hommes qui se tenaient debout près de lui ; dès qu'il les vit, il courut de l'entrée de la Tente à leur rencontre et se prosterna à terre. Il dit : Monseigneur, je t'en prie, si j'ai trouvé grâce à tes yeux, veuille ne pas passer près de ton serviteur sans t'arrêter. (Genèse 18, 2-3)

Sur la gravure de Doré, Abraham s'agenouille devant les trois anges qui se tiennent debout et immobiles dans leurs vêtements blancs. Le soir tombe, c'est le désert et il n'y a pas de table. La comparaison avec la gravure d'Otto Delitsch est intéressante..
La scène est traitée comme une théophanie : les anges se dressent sur une butte et rayonnent dans la lumière rasante du soir, face à Abraham agenouillé en contrebas dans l'ombre.
La tente est visible, au second plan à droite ; un dromadaire est couché devant elle. A gauche de la tente, derrière le bâton d'Abraham, on aperçoit  Sara, accroupie, tournant le dos aux anges. Sara occupe une place très variable dans l'iconographie de l'hospitalité d'Abraham, de l'absence pure et simple à la présence aux côtés d'Abraham, à égalité avec lui. Voir la mise en scène astucieuse de Schnorrr von Carolsfeld. Sa place est pourtant essentielle dans le récit : les anges sont venus promettre la naissance d’un enfant. Mais c'est à Abraham qu'ils s'adressent :

Ils lui demandèrent : Où est Sara, ta femme ? Il répondit : Elle est dans la tente. L'hôte dit : Je reviendrai vers toi l'an prochain ; alors, ta femme Sara aura un fils. Sara écoutait, à l'entrée de la tente, qui se trouvait derrière lui. Or Abraham et Sara étaient vieux, avancés en âge, et Sara avait cessé d'avoir ce qu'ont les femmes.

Si les anges ne s'adressent pas directement à Sara, celle-ci, dans le texte, assiste à la scène. La promesse lui paraît impossible, elle en rit :

Donc, Sara rit en elle-même, se disant : Maintenant que je suis usée, je connaîtrais le plaisir ! Et mon mari qui est un vieillard ! Mais Yahvé dit à Abraham : Pourquoi Sara a-t-elle ri ? Y a-t-il rien de trop merveilleux pour Yahvé ? A la même saison l'an prochain, je reviendrai chez toi et Sara aura un fils.

Le rire de Sara, qui met Dieu au défi, n'est pour ainsi dire jamais représenté à l'image, qui lui préfère la théophanie trinitaire.

Annotations :

1. Signé en bas à gauche « G. Doré », à droite « AD Ligny ».

Sources textuelles :
Genèse
18, 1-16 (Bible de Jérusalem, p. 58-59)

Informations techniques

Notice #020649

Image HD

Traitement de l'image :
Image web
Localisation de la reproduction :
https://gallica.bnf.fr