Aller au contenu principal

Moïse brise les tables de la Loi (La Sainte Bible, Mame, 1866) - G. Doré

Notice précédente Notice n°41 sur 126 Notice suivante

Date :
Entre 1862 et 1865
Nature de l'image :
Gravure sur bois
Gravure sur bois debout
SMITH LESOUEF R-6283
Œuvre signée
Légende

Analyse

En redescendant du Sinaï, où il a reçu de Dieu les tables de la loi, Moïse entend la foule chanter et danser. Il comprend que le peuple a trahi son alliance avec Dieu : c'est l'adoration du veau d’or.

Et voici qu'en approchant du camp il aperçut le veau et des chœurs de danse. Moïse s'enflamma de colère ; il jeta de sa main les tables et les brisa au pied de la montagne. (Exode 32, 19-20)

Moïse monte sur l'autel où se déroulaient les sacrifices sacrilèges. Il n'y a pas de veau d'or, mais un simple socle de pierre entouré d'une marche. Un homme penché, presque couché sur l'autel essaye d'empêcher Moïse de profaner l'autel du veau d'or. Une femme s'enfuit effrayée. Derrière les tables de pierre que Moïse brandit au dessus de sa tête, une lueur illumine le ciel noir : la foudre déchire le ciel, permettant à Doré de produire un magnifique effet de clair-obscur.

Annotations :

1. Signé sous la gravure à gauche « G. Doré », à droite « Hotelin ».

3. Le geste de Moïse brisant les tables de la loi a inspiré notamment Rembrandt et Guido Reni, qui ont représenté Moïse seul. L'originalité de Doré ici est de conjoindre la profanation de l'autel du veau d'or et la profanation que constitue la destruction des tables. Il est en cela très fidèle au récit biblique, qui indique qu'après avoir brisé les tables Moïse brûla le veau, le moulut, le mêla à l'eau et le fit boire aux Hébreux. Les deux destructions vont de pair.

Sources textuelles :
Exode
32, 19 (Bible de Jérusalem, p. 149)

Informations techniques

Notice #020769

Image HD

Traitement de l'image :
Image web
Localisation de la reproduction :
https://gallica.bnf.fr