Aller au contenu principal
×
Recherche infructueuse

Retour des envoyés de la Terre promise (La Sainte Bible, Mame, 1866) - G. Doré

Notice précédente Notice n°42 sur 126 Notice suivante

Date :
Entre 1862 et 1865
Nature de l'image :
Gravure sur bois
Gravure sur bois debout
SMITH LESOUEF R-6283
Œuvre signée
Légende

Analyse

Alors que Moïse et les Hébreux arrivent aux abords de la terre de Canaan, le Seigneur leur demande d’explorer la richesse du pays.

Ils parvinrent au val d'Eshkol ; ils y coupèrent un sarment et une grappe de raisin qu'ils emportèrent à deux, sur une perche, ainsi que des grenades et des figues. On appela ce lieu val d'Eshkol, à cause de la grappe qu'y avaient coupée les Israélites. Au bout de quarante jours, ils revinrent de cette reconnaissance du pays. Ils allèrent trouver Moïse, Aaron, et toute la communauté d'Israël, dans le désert de Parân, à Cadès. Ils leur firent leur rapport, ainsi qu'à toute la communauté, et leur montrèrent les produits du pays. Ils firent ce récit à Moïse : Nous sommes allés dans le pays où tu nous as envoyés, et vraiment c’est un pays ruisselant de lait et de miel ; en voici les fruits !  (Nombres 13, 23-27)

Au retour les envoyés rapportent des bâtons sur lesquels ils ont accroché des grappes de fruits. Le bâton le mieux fourni est soulevé sur un tertre pour le faire admirer à tout le peuple. Ainsi les Hébreux ne pourront plus se plaindre d’avoir quitté l’Egypte où coulait le miel.

L'iconographie traditionnelle isole la grappe miraculeuse et ses deux porteurs. Doré préfère ici camper une scène dans un vaste paysage. La grappe n'est que l'un des trophées rapportés de Canaan ; elle est montrée, du haut d'un tertre, à l'ensemble du peuple rassemblé.

Le texte biblique qui est illustré pourrait donc se trouver un peu plus loin dans le récit. Dans un premier temps en effet les envoyés dissuadent le peuple de pénétrer en Canaan, en lui faisant un tableau effrayant de ses habitants. Mais Caleb revient à la charge le lendemain, soutenu par Moïse, Aaron, et Josué :

Le pays que nous sommes allés reconnaître est un bon, un très bon pays. Si Yahvé nous est favorable, il nous fera entrer en ce pays et nous le donnera. C'est une terre qui ruisselle de lait et de miel. Mais ne regimbez pas contre Yahvé. Et n'ayez pas peur, vous, du peuple de ce pays, car nous n'en ferons qu'une bouchée. (Nb 14, 7-9)

La composition est tout entière tendue entre le spectacle de l'abondance de Canaan, exhibé sur le tertre, et la foule craintive et confuse, amassée dans la plaine. Entre les deux, le discours de Corèbe, pointant d'une main la grappe, et tenant fermement de l'autre un bâton qui ressemble à un bâton de commandement.

Annotations :

1. Signé en bas de la gravure à gauche « G. Doré », à droite « HUREL »

Informations techniques

Notice #020770

Image HD

Traitement de l'image :
Image web
Localisation de la reproduction :
Bibliothèque numérique Gallica, Bibliothèque nationale de France (https://gallica.bnf.fr)