Aller au contenu principal
Climal aux pieds de Marianne (La Vie de Marianne, 3e partie, éd 1778)- Schley

Notice #006985

Image HD

Série de l'image :
Marivaux, La Vie de Marianne, Amsterdam, Changuion, 2 vol in12, 1778
Auteur(s) :
Schley, Jakob van der (1715-1779)
Date :
1736
Nature de l'image :
Gravure sur cuivre
Sujet de l'image :
Fiction, 18e siècle
Lieu de conservation :
Paris, Bibliothèque nationale de France, Département Littérature et art
Références (n° inv, cote, salle, coll.) :
Smith Lesouef R-1873
Traitement de l'image :
Photo numérique
Localisation de la reproduction :
Collection particulière (Cachan)

Analyse

Analyse de l'image :
Dans l’arrière boutique de Mme Dutour, la logeuse de Marianne, M. de Climal, jetant bas son masque de faux dévot, s’est jeté aux pieds de sa protégée pour lui déclarer sa flamme. Marianne n’a pas le temps de le repousser : Valville qui survient à l’improviste découvre avec horreur la scène et fait aussitôt demi-tour, sans que Marianen ait le temps de se justifier.
    Schley choisit le moment de la suprise de Valville : la déclaration de M. de Climal a déjà eu lieu ; l’arrivée de Valville mettra Marianne en mauvaise posture. L’instant de la scène est en équilibre entre cet événement qui a précédé et ces conséquences pour Marianne.
    La comparaison de la scène de roman avec la scène type de l’Annonciation fait ressortir le caractère fondamentalement parodique et carnavalesque de la représentation romanesque : Marianne est une drôle de Vierge ; Climal n’est pas un ange ; et Valville, enfant gâté, n’a rien d’un Père !
    L’espace restreint de la scène est souligné par ls chaises qui en quelque sorte entourent ce couple contre-nature. Sur le devant, à gauche, un tissu jeté sur une banquette, ou un rideau, qui barre l’angle inférieur de la gravure, occupe la place de l’embrayeur visuel.
    Schley retrouve ici le dispositif de base de l’Annonciation : Climal dans la position de Gabriel fait son annonce à Marianne, dans la position de Marie, qui souvent marque un recul, un retrait. Marie est en fait sous le regard de Dieu, souvent également présent, en retrait, à l’extérieur, soit sous la figure du Père, soit sous celle du Saint-Esprit, représenté comme une colombe. Valville est ici dans la position du Père qui regarde et à qui l’amour de Mari(anne) est destiné.
Annotations :
1. Signé et daté en bas à gauche, sous la gravure « J. V. Schley fecit 1736. »
Au-dessus de la gravure, à droite, « III. Part. »