Aller au contenu principal

Une Espagnole jouant de la guitare - Louis Michel Vanloo

SĂ©rie de l'image :
Date :
1769
Dimensions (HxL cm) :
114x86 cm
Sujet de l'image :
Sujet de genre
Lieu de conservation :
Commerce d’art
ƒuvre signĂ©e
ƒuvre datĂ©e

Analyse

Livret du Salon de 1769 :

« 4. Une Epagnole jouant de la Guitarre. »

Commentaire de Diderot :

« Une Espagnole jouant de la guitare Tenez, voici une Espagnole que je prĂ©fĂ©rerais Ă  votre payse. Sa tĂȘte n’est pourtant ni belle ni gracieuse, elle n’a pas plus d’expression que la joueuse de harpe ; son caractĂšre est ignoble ; ses mains sont trop petites et dessinĂ©es avec ariditĂ© et sĂ©cheresse ; il aurait fallu la disposer de maniĂšre Ă  esquiver le raccourci des deux bras, car les raccourcis difficiles sont presque toujours ingrats ; mais elle est bien agencĂ©e, et son satin blanc est d’une extrĂȘme vĂ©rité ; mĂȘme mĂ©rite Ă  un manteau de velours rouge d’un personnage placĂ© sur le devant. Celui qui est derriĂšre est trop court : il manque d’une tĂȘte, quoiqu’on lui en ait fait une fort grosse ; mais qui sait les raisons de l’artiste ? Qui sait, comme disait une petite fille de son perroquet, ce qui se passe dans la tĂȘte des gens ? Peut-ĂȘtre qu’en ne donnant que six tĂȘtes Ă  cette figure, Michel s’est-il proposĂ© de rendre les autres plus nobles et plus sveltes. Au reste, les Espagnols de ce tableau n’aiment pas plus la musique que les Allemands du prĂ©cĂ©dent. Si la femme joue mal, encore fallait-il rĂ©server Ă  ces pauvres gens la ressource des yeux. L’éloge de ce morceau est un rendu prĂ©cieux, des objets bien en perspective, un accord tranquille, quoique avec Ă©clat, et puis les plus belles draperies. Il y avait, sur un pan de rideau, un petit chien avec lequel il n’y avait pas Ă  badiner, car il Ă©tait mauvais. » (Ă©d. Versini, p. 830.)

Annotations :

1. Signé et daté en bas à droite, sur la chaise « L. M. Van Loo 1769 ».

2. Ancienne collection S.A.S. Monseigneur le Prince de Conti ;‹Vendu à Paris en 1777, n° 718, avec son pendant, Une Allemande jouant de la Harpe, n° 3 du livret.
Vente Sotheby’s PF8011, lot n° 78, session 1, Paris, 25 juin 2008.

3. Le tableau est inspiré de la Conversation espagnole de Carle Vanloo.

Informations techniques

Notice #007211

Image HD

Identifiant historique :
A6530
Traitement de l'image :
Image web