Aller au contenu principal
Le Roy intimide de son épée le comte Guillaume (Heptaméron N17, Amsterdam, 1698)

Notice #007607

Image HD

Série de l'image :
Contes et nouvelles de Marguerite de Valois, Amsterdam, G. Gallet, 1698
Artiste :
De Hooghe, ou De Hooch, Romeyn (1645-1708)
Date :
1698
Nature de l'image :
Gravure sur cuivre, taille-douce (au burin)
Sujet de l'image :
Fiction, 16e siècle
Lieu de conservation :
Versailles, Bibliothèque municipale centrale
F.A. in-8° E431e (1er volume)
Dimensions (HxL cm) :
7,5x7,9

Analyse

Analyse de l'image :
« Le Roy Françoys, requis de chasser hors son royaume le comte Guillaume que l’on disoit avoir prins argent pour le fair emourir, sans faire semblant qu’il eut soupçon de son entreprinse, luy joua un tour si subtil que luy-mesme se chassa, prenant congé du Roy. »
   
    « Et quand il se veid seul avec le conte au plus profond d ela forest, en tirant son espée, dist au conte : “Vous semble-il que ceste espée soit belle et bonne ?” Le conte, en la maniant par le bout, luy dist qu’il n’en avoit veu nulle qu’il pensast meilleure. “Vous avez raison, dist le Roy, et me semble que si ung gentil homme avoit deliberé de me tuer et qu’il eust congneu la force de mon bras et la bonté de mon cueur, accompaignée de ceste espée, il penseroit deux fois à m’assaillyr ; toutesfois, je le tiendrois pour bien meschant, si nous estions seul à seul sans tesmoings, s’il n’osoit executer ce qu’il auroit osé entreprendre.” Le conte Guillaume luy respondit avecq un visaige estonné : “Sire, la meschanceté de l’entreprinse seroit bien grande, mais la follye de la vouloir exceuter ne seroit pas moindre.” Le Roy, en se prenant à rire, remist l’espée au fourrau, et, escoutant que la chasse estoit pres de luy, picqua après le plus tost qu’il peut. » (LP, pp. 266-267.)
   
   La gravure ne représente pas la scène de la forêt, car le roi est seul ici, dans un décor urbain. Il faut lire l’image allégoriquement : le roi dégaine son épée de la main droite et montre de la gauche deux doigts (il faudrait penser deux fois à m’assaillir). Au fond à gauche, sur le haut du dome, une Renommée sonne de la trompette : qu’on se le dise.... !
   
   
Annotations :
2. 2e journée, 17e nouvelle.