Aller au contenu principal
×
Recherche infructueuse

Avantures du Sauvage Kolao (Gueullette, Contes chinois T2, 1728)

Date :
1728
Nature de l'image :
Gravure sur cuivre
Sujet de l'image :
Vet. Fr. II A 350

Analyse

L’ñme du mandarin Fum-Hoam passe de corps en corps, avec Ă  chaque fois de nouvelles aventures. Ici, Fum-Hoam s’est incarnĂ© dans Kolao. Cette aventure se dĂ©roule probablement, nous dit Gueulette, au Canada.
Le narrateur, qui est donc ici Kolao, perd un fils et il allait en mourir de dĂ©sespoir, quand un de ses camarades lui parle du pays de Pat-Koot-Parout, dont un des Anciens du village a rĂ©vĂ©lĂ© qu’on pouvait ramener les Ăąmes des morts et ainsi les ramener Ă  la vie (c’est la scĂšne reprĂ©sentĂ©e en haut de la gravure).
Kolao part donc en expĂ©dition, avec trois camarades, Ă  la recherche de Pat-Koot-Parout, pour ramener son fils Ă  la vie. Ils doivent pour cela traverser un Ă©tang, et dorment en piquant des perches dans le fond de l’eau et en y attachant des filets de coton (c’est la scĂšne du milieu de la gravure).
ArrivĂ©s au terme de leur voyage, ils rencontrent le gĂ©ant Pat-Koot-Parout : « nous pensĂąmes mourir de frayeur, lorsqu’approchant d’une cabane, semblable ç celle de notre isle, Ă  l’exception qu’elle Ă©toit d’une hauteur prodigieuse, nous y apperçumes un homme, ou plu^tot un gĂ©ant, armĂ© d’un arc & d’une massue terrible ; il jeta sur nous des regards Ă©tincelans de colĂšre, & nous parla dans ces termes : “Qui que vous soyez, disposez-vous Ă  mourir, puisque vous avez eu la tĂ©mĂ©ritĂ© de passer ce trajet & de venir dans le pays des morts ; je suis Pat-Koot-Parout, le gardien, le maĂźtre, le gouverneur de toutes les armes.”
Le gĂ©ant avait dĂ©jĂ  sa massue levĂ©e pour nous assommer tous, lorsque me jetant Ă  ses pieds, je le conjurai, autant par mes larmes que par mes discours, d’excuser la tĂ©mĂ©ritĂ© de mon entreprise qui mĂ©ritoit soute sa colĂšre. »
Survient l’ñme de Kolao, il supplie le gĂ©ant de lui permettre de la ramener avec lui. L’ñme devient grosse comme une pomme que le gĂ©ant enferme dans un sac de cuir et attache au cou de Kolao. (C’est la scĂšne du bas sur la gravure : le gĂ©ant donne Ă  Kolao l’ñme de son fils enfermĂ©e dans un sac.)
Kolao et ses camarades rentrent sans encombre Ă  leur village en retraversant l’étang et en dormant Ă  nouveau dans les filets, et ils racontent leur aventure. MalgrĂ© la dĂ©fense expresse de Kolao, sa femme ouvr ele sac et l’ñme de son fils retourne chez Pat-Koot-Parout. Furieux, Kolao tue sa femme.

Annotations :

1. Au-dessus de la gravure à gauche « Tom. 2e. », à droite « pag. 29. ».
La gravure n’est pas signĂ©e.

2. XIII. soirée. La gravure est placée face à la page 29, derniÚre page du conte.

Sources textuelles :
[Gueullette,] Contes chinois, ou les avant. merv. du mandarin Fum-hoam (1723)

Informations techniques

Notice #008680

Image HD

Identifiant historique :
A7999
Traitement de l'image :
Image web