Aller au contenu principal

L’année 1622 vit l’arrivée à Paris de Pierre-Paul Rubens. Appelé par la reine mère Marie de Médicis pour réaliser le célèbre décor de la galerie du Luxembourg, le maître d’Anvers était alors à la tête d’un atelier prospère et jouissait d’une importante notoriété au sein des cours princières européennes.
C’est au cours de cette période que la tenture de la Vie de Constantin lui fut commandée. Elle fut tissée dans l’atelier parisien de Marc de Comans et François de La Planche situé faubourg Saint-Marcel. L’iconographie de cette suite – Constantin, premier empereur chrétien et par conséquent exemplum virtutis – a longtemps laissé penser que son commanditaire n’était autre que Louis XIII lui-même. C’est également ce que Rubens semblait suggérer dans sa correspondance avec Fabri de Peiresc.
Koenraad Brosens prétend pourtant que la Vie de Constantin aurait en fait été illustrée par Rubens directement à la demande des lissiers Marc de Comans et François de La Planche, soucieux de consolider la réputation de leur atelier et de renouveler leur production (2008). Leur objectif aurait été néanmoins d’attirer l’attention du souverain sur cette tenture et l’on sait que Louis XIII en posséda un tissage dont il offrit sept pièces en 1625 au légat Francesco Barberini.
Plusieurs esquisses peintes par Rubens pour préparer cette commande sont aujourd’hui connues et reconnues par la plupart des spécialistes comme étant réalisées par Rubens lui-même.