Aller au contenu principal
Orgie et profanation chez Gernande (Nlle Justine, 1799, ch15, fig29)

Notice #001667

Image HD

Série de l'image :
La Nlle Justine ou les malheurs de la vertu, [Colnet du Ravel] 1797 [1799]
Auteur(s) :
Bornet, Claude, peintre et graveur du XVIIIe siècle
Date :
Entre 1797 et 1799
Nature de l'image :
Gravure sur cuivre
Sujet de l'image :
Fiction, 18e siècle
Lieu de conservation :
Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve
Références (n° inv, cote, salle, coll.) :
Enfer 2507 (3)
Traitement de l'image :
Image web
N° de commande :
Localisation de la reproduction :
https://gallica.bnf.fr

Analyse

Analyse de l'image :
Dans le château de Gernande, un salon a été disposé avec « tous les meubles nécessaires au libertinage et à la férocité » d’une part, d’autre part les « différents attributs de toutes les religions de la terre » et notamment « l’effigie du prétendu Dieu de l’univers, sous la figure d’un vieillard » (p. 903). Verneuil répartit les assistants par couples et leur fait tirer au sort à chacun « une lubricité quelconque ». Mme de Verneuil mère ayant été molestée et violée par son propre fils Victor, sa fille Cécile lui est offerte en récompense. La gravure représente le moment de la récompense : Cécile est agenouillée sur le « saint sopha ». Laurette, une autre fille de Verneuil, est placée sur les reins de Cécile. Victor sodomise sa sœur. Derrière lui sont Verneuil le père, puis John. A droite, de dos, Mme de Gernande ou Mme de Verneuil. En bas à gauche, Bressac sodomise un giton ; au-dessus, Gernande est entrepris par Lili. Au fond, Dorothée s’offre à Constant. Puis le graveur semble avoir pris quelques libertés avec le texte.
Annotations :
1. Au-dessus de la gravure à gauche « T. III. », à droite « P. 327. »