Aller au contenu principal

Le lavement des pieds (version de San Moisè) - Tintoret

Date :
Entre 1590 et 1592
Nature de l'image :
Peinture sur toile
Dimensions (HxL cm) :
290x570 cm

Analyse

Comme dans le tableau de la C√®ne de San Stefano, la mise en sc√®ne est tr√®s th√©√Ętrale, avec son estrade √† degr√©s, la gestuelle d√©sordonn√©e des personnages, √† laquelle ajoutent ici un rideau rouge et un public¬†! Trois notables, un clerc et deux la√Įcs, sont trait√©s en donateurs, sagement √† genoux √† gauche de l‚Äôestrade, tandis qu‚Äôun homme, tout de rouge v√™tu, leur explique avec de grands gestes la sc√®ne, qu‚Äôils regardent avec d√©votion.

Le Tintoret r√©ussit √† repr√©senter les douze ap√ītres sur l‚Äôestrade et sur les marches qui y acc√®dent. Comme dans ses interpr√©tations pr√©c√©dentes du Lavement des pieds, il d√©centre √† droite le groupe form√© par le Christ lavant les pieds de Pierre. Mais il le place cette fois au sommet de l‚Äôestrade. Leur dialogue ne se fait pas face √† face¬†: J√©sus se retourne pour que tous entendent. Le Tintoret s'est efforc√© de repr√©senter la vari√©t√© des r√©actions des ap√ītres aux paroles du ma√ģtre. A droite, l‚Äôun se pr√©pare au bain, d‚Äôautres tendent la main, se dressent, se penchent, un autre se frappe la poitrine ‚Ķ tous semblent acquiescer, dans un joyeux brouhaha. Cependant tout en haut, au centre du tableau, juste √† gauche du lavement des pieds de Pierre, une vive altercation √©clate entre un ap√ītre,¬† √† genoux v√™tu de rouge, et un autre grand et blond, qui le tance en tendant le bras vers lui¬†: c'est peut-√™tre Jean et Judas.

Le Lavement des pieds précède la dernière Cène, et au fond à gauche le repas se prépare. Sous un vaisselier, deux femmes tendent une nappe blanche sur une grande table.

La partie la plus √† gauche est plus difficile √† comprendre. Une sorte de grande pi√®ce s‚Äôouvre avec deux personnes et une table, peut-√™tre une salle annexe. Mais l‚Äôouverture est surmont√©e d‚Äôune grande toile peinte, qui repr√©sente J√©sus √† Geths√©mani, seul face √† l‚Äôange de Dieu. La mise en abyme de la future solitude et de l‚Äôabandon de J√©sus √† Geths√©mani, dans cette sc√®ne du Lavement des pieds qui c√©l√®bre au contraire la fraternit√© des ap√ītres, invite √† la m√©ditation sur la Passion. Et c‚Äôest sans doute cela, que le guide explique aux donateurs peints sur la toile comme au public, √† nous qui sommes plac√©s devant elle.

Cet effet de mise en abyme du récit évangélique n'est pas nouveau : Tintoret évoque, au fond à gauche, la prière sur le Mont des oliviers, de la même manière que, dans le Lavement des pieds du Prado, il évoquait la Cène au fond à droite.

Annotations :

2. Chapelle du Très-Saint Sacrement.
La toile n'est pas mentionnée par Sansovino (1581), ni par Borghini (1584), elle est donc postérieure à 1584.
La toile est en mauvais état. Elle a fait l'objet d'une restauration en 1967 qui l'a nettoyée de son vernis. Elle demanderait une nouvelle restauration.

3. Le Tintoret pour ce Lavement des pieds a repris la composition de sa Cène de l'église Santo Stefano.

Objets :
Mise en abyme de la représentation
Tableau sur le mur
Sources textuelles :
√Čvangile de Jean
13, 2-20 (Bible de Jérusalem, p. 1848)

Informations techniques

Notice #019748

Image HD

Traitement de l'image :
Image optimisée par Esrgan