Aller au contenu principal
L’embrasement de Sodome - d’après Véronèse

Notice #002220

Image HD

Série de l'image :
[Louis-Abel de Bonafous], Galerie du Palais Royal, Paris, Couché/Bouillard, 1786
Auteur(s) :
Véronèse, Paolo Caliari dit Paul (1528-1588)
Couché, Jacques (graveur au burin né en 1759, mort après 1802)
Entre 1802 et 1818
Nature de l'image :
Gravure sur cuivre
Sujet de l'image :
Sujet d’histoire sacrée. Loth
Lieu de conservation :
Paris, Bibliothèque nationale de France, Département Littérature et art
Références (n° inv, cote, salle, coll.) :
V-292 à V-294
Traitement de l'image :
Scanner
N° de commande :
2301846
Date de commande :
31/01/2003
Photo sur papier
Localisation de la reproduction :
Montpellier, Inst. de rech. sur la Renaissance l’âge classique & les Lumières

Analyse

Annotations :
1. Sous la gravure à gauche « Paul Veronèse pinxit », à droite « J. Couché sculp[sit] » Dessous, on peut lire : « L’EMBRASEMENT DE SODÔME. De la Galerie du Palais d’Orléans. ECOLE VENITIENNE XIXe TABLEAU DE PAOLO CALIARI DIT PAUL VERONESE. Peint sur toile. Haut[eur] 2 pieds 11 pouces. Larg[eur] 5 pieds 8 pouces. Il est difficile de croire qu’un peintre religieux observateur de la vérité historique se déterminerait volontiers à traiter ce sujet qui n’est intelligible que par la réunion de plusieurs faits successifs. Car la peinture ne peut guères représenter que l’action du moment, et ce n’est qu’avec beaucoup d’adresse qu’elle fait presentir en même tems ce qui vient d’arriver et ce qui va se passer sans rompre l’unité du lieu et d’action. Ici Sodome est en feu, la femme de Loth est changée en statue de sel, un ange semble indiquer au neveu d’Abraham le lieu où il lui est permis de se retirer, mais l’on ne devine pas pourquoi l’esprit céleste qui est sur le premier plan a guidé assez maladroitement les jeune