Aller au contenu principal

On voudrait lire l'Histoire de ma vie comme une autobiographie. C'est pourtant aux antipodes des Confessions de Jean-Jacques Rousseau que Casanova a pensé et développé son projet autobiographique. Nulle rétrospection dans ce qu'il écrit, ou erratiquement, à la marge d'autre chose ; nul appel à un jugement public : Casanova se fait plaisir, il revit sa vie et il y improvise, invente au besoin, non pour se mettre en avant, c'est même tout le contraire. Le séducteur s'efface devant ses rencontres, entre dans le jeu du signifiant d'autrui, n'hésite pas à se montrer berné, jouisseur, inconséquent. Il ne se flagelle pas pour autant. Il retrouve le plaisir de la vie, en véritable autobiographe il écrit la vie.

Casanova, la séduction des possibles (agrégation 2021)

Portrait de Casanova

Rubrique créée par Stéphane Lojkine en 2020