Aller au contenu principal
Une Parisienne contrefait la morte (Heptaméron N60, Amsterdam, 1698)

Notice #007689

Image HD

Série de l'image :
Contes et nouvelles de Marguerite de Valois, Amsterdam, G. Gallet, 1698
Auteur(s) :
De Hooghe, ou De Hooch, Romeyn (1645-1708)
Date :
1698
Nature de l'image :
Gravure sur cuivre, taille-douce (au burin)
Sujet de l'image :
Fiction, 16e siècle
Lieu de conservation :
Versailles, Bibliothèque municipale centrale
Références (n° inv, cote, salle, coll.) :
F.A. in-8° E431e (2e volume)
Traitement de l'image :
Photo numérique

Analyse

Analyse de l'image :
« Un Parisien, faute de s’estre bien enquis de sa femme (qu’il pensoit estre morte), combien qu’elle feit bonne chere avec un chantre du Roy, espousa en secondes noces une autre femme qu’il fut contraint laisser, après en avoir eu plusieurs enfants et demeuré ensemble xiiii ou xv ans, pour reprendre sa premiere femme. »
   
   Une fois l’enterrement terminé et le curé parti, le chantre et la femme de chambre déterrent la dame :
    « Le curé demanda au chantre où il voulloit qu’elle fust enterrée, lequel luy dist qu’elle avoit ordonné d’estre enterrée au cimetiere, et qu’il seroit bon de la y porter la nuyct. Ainsy fut ensepvelye ceste pauvre malheureuse, par une chamberiere qui se gardoit bien de luy faire mal. Et, depuis ; avecq belles torches, fut portée jusques à la fosse que le chantre avoit faict faire. Et quant le corps passa devant celles qui avoient assisté à la mectre en unction, elles saillirent toutes de leurs maisons et accompaignerent jusques à la terre ; et bientost la laisserent femmes et prebstres. Mais le chantre ne s’en alla pas, car incontinant qu’il veid la compaignye ung peu loing, avec sa chamberiere desfouyrent sa fosse où il avoit s’amye plus vive que jamais ; et l’envoya secretement en sa maison, où il la tint longuement cachée. »
Annotations :
2. 6e journée, 60e nouvelle.